Archives : mars 31, 2021

Prendre soin de son chien en cas de canicule

Chien contre Canicule

Canicula, mot latin qui signifie étymologiquement « petit chien ou petite chienne » est appliqué à la Constellation du Grand Chien Sirius dont elle est la plus brillante étoile. Elle se lève avant le Soleil et se couche avec le Soleil pendant la période des grandes chaleurs du 22 Juillet au 22 Août.

Quel est le rapport de notre compagnon à quatre pattes avec l’Univers ou avec les intempéries puisque nous utilisons aussi le terme « temps de chien » quand il fait un sale temps avec tempêtes, fortes pluies ou grand froid ?

Nous n’allons pas nous perdre dans les présomptions de l’antiquité, car nous savons que de nos jours, les chiens sont tout autant susceptibles que nous de tomber malades après avoir été exposés au froid ou au soleil. Mais le fait de ne pas les protéger contre les effets des intempéries relève de la maltraitance.

 

Comment donc rafraîchir notre chien l’été ?

Il est important de connaître les zones des glandes sudoripares chez les chiens.

  • Au niveau des babines : pour réguler sa température, le chien boit de l’eau avec gloutonnement en se mouillant complètement les babines. Il sait ce dont il a besoin.
  • Au niveau du bas-ventre : il se couche de tout son long sur le carrelage ou sur le gazon pour chercher de la fraîcheur.
  • Dans les coussinets : on le voit souvent faire une petite trempette dans un étang ou une petite piscine gonflable en plastique dehors dans le jardin, car c’est la façon la plus rapide et pratique pour mouiller les coussinets des quatre pattes en même temps.
  • L’aine : il peut être rafraîchi à l’évaporation avec une solution à base d’alcool médical, comme certains déodorants chez les humains. Le produit agit selon les mêmes principes sur la transpiration en évacuant la chaleur quand l’alcool s’évapore.

Il faut surveiller ces zones en les humidifiant de temps à autre en vue de réguler la température corporelle du chien.

 

Les promenades

Il est nécessaire de modifier les horaires de promenade et privilégier les soirées fraîches.

Nous devons être vigilants, car le chien, surtout le chiot, est sensible à la chaleur.

Il faut donc éviter de le promener sous le soleil, mais si pour une raison ou une autre nous sommes obligés de sortir avec lui, nous pouvons porter le chiot dans les bras.

C’est plus difficile avec un chien de grande taille. En ce cas, nous marchons avec lui, mais il faut savoir que le bitume chauffe et risque de le blesser lors d’un pic de chaleur. Il faut faire des pauses, que nous soyons à pied ou en voiture.

Justement, la voiture ! Une sortie en voiture nécessite beaucoup d’attention. On peut mettre la climatisation qui consomme beaucoup ou tout simplement baisser les vitres pour faire entrer l’air et penser aussi à installer des pare-soleils sur les fenêtres à l’arrière. On peut aussi l’installer sur un tapis rafraîchissant.

Éviter surtout de le laisser seul dans la voiture pendant que nous faisons des courses, car la température monte rapidement à l’intérieur et peut aller jusqu’à 50 degrés. Et autant que possible éviter les trajets aux heures les plus chaudes de la journée.

La pause s’impose en voiture, disons toutes les 2 heures, il faut s’arrêter dans des endroits plus ombragés, sortir le chien qui ira de lui-même directement à l’ombre et le rafraîchir en lui offrant un bol d’eau fraîche et aussi en appliquant un peu d’eau à température ambiante dans les endroits où il y a moins de peau, par exemple le ventre et le creux des cuisses et aussi en mouillant les lobes des oreilles et les coussinets.

En fait de climatisation dans la voiture ou dans la maison, le chien est comme nous. Il supporte le climatiseur ou le ventilateur qui fait circuler de l’air frais, à condition qu’il ne soit pas au plus haut degré, d’une part à cause du bruit et d’autre part à cause des différences de température entre l’intérieur et l’extérieur qui ressemble à un four ou même à l’enfer.

 

Au quotidien

Il y a plusieurs façons de rafraîchir le chien, l’essentiel est qu’il faut empêcher la surchauffe.

Il n’est quand même pas conseillé de donner des glaçons au chien car il risque de se casser une dent et en plus cela peut causer des chocs d’état thermique, donnez-lui plutôt de la glace pilée, des friandises congelées ou des sucettes glacées à mâchouiller.

La meilleure boisson, c’est l’eau fraîche qu’il faudra changer souvent, car l’eau tiédie a un goût fade.

Pour les soins, c’est l’eau à température ambiante qu’il faut utiliser pour humidifier, arroser ou mouiller les parties de son corps. Faites-le baigner si possible, une fois qu’il s’est rafraîchit.

Il faut aussi penser au toilettage d’été. Il n’est pas nécessaire de l’emmener dans un salon de cosmétique canin, il suffit juste de couper les poils ou les rarifier s’ils sont très longs, éviter de le raser totalement car le soleil va taper directement dessus.

Le chien va paresser à l’ombre ou dans un environnement frais et sécurisé pendant la grande chaleur. Il faut le ménager, ne pas lui imposer des exercices physiques qui vont le fatiguer et ne pas faire d’apprentissage complexe car il ne pourra pas se concentrer pour écouter les ordres.  Il peut marcher, mais plus lentement, il n’aura peut-être même pas envie de jouer comme d’habitude, tout ce qu’il veut c’est dormir plus. Le comportement d’un chien qui a très chaud peut changer. Laissez-le se reposer tranquillement dans son coin.

 

Symptômes de bouffée de chaleur

Mais nous devons quand même être vigilants, sans pousser notre inquiétude à l’extrême, mais surveiller et vérifier s’il ne souffre pas d’un coup de chaleur.

Quand il a trop chaud, il halète en essayant ainsi de retrouver sa température corporelle. Si le fait d’haleter n’a pas fait l’effet escompté et dure longtemps, il peut par exemple baver ou avoir les yeux vitreux. Il tremble, son rythme cardiaque s’accélère.

Il faut aussi vérifier les gencives si elles sont devenues plus rouges que d’habitude.

Un chien qui a trop chaud peut aussi vomir ou avoir la diarrhée, et au pire convulser.

Dans ces cas, il faut l’emmener le plus vite possible chez le vétérinaire.

Pas de panique ! Nous avons peur et c’est tout à fait naturel, parce que nous aimons notre compagnon à quatre pattes et ne supportons pas de le voir souffrir. Nous devons le protéger et éviter qu’il subisse tout genre de malaise, dont les coups de chaleur. Nous connaissons les moyens d’y remédier. Nous faisons attention à notre santé en évitant de nous exposer au soleil entre 11h et 17h, c’est exactement pareil avec le chien qu’on ne promène pas pendant ces heures.

Et pour conclure

Beaucoup d’entre nous prennent de la bière pour se rafraîchir, le chien n’en n’a pas besoin, il lui faut juste de l’eau fraîche qu’il faut changer de temps en temps. Nous en avons toujours en permanence à la maison et dans la voiture.

Il nous voit manger une glace et il en veut, alors nous lui en achetons un cornet sans sucre.

Nous l’emmenons avec nous au bord de l’eau et nous partageons son plaisir dans la baignade.

Nous enduisons notre peau avec de l’huile solaire. Nous humidifions ses babines, son bas-ventre, ses coussinets et d’autres parties de son corps avec de l’eau fraîche.

L’instinct de survie pendant la grande chaleur va nous conduire à l’ombre ou dans un milieu frais et agréable.

La canicule fait rage ? Fi donc ! Les vagues de chaleur en été et les coups de chaud disparaissent si nous respectons les règles de rafraîchissement pendant les périodes caniculaires.

Nous nous protégeons, nous aidons à rétablir et à réguler la température corporelle de notre chien qui est un bon compagnon de vie.

L’attachement est réciproque, on se connaît et on se comprend, la confiance mutuelle est là, le but étant de mener une vie harmonieuse ensemble.

Au cas où nos astuces et conseils n’ont pas réussi à vous aider à calmer les problèmes relatifs à la grande chaleur d’été, nous vous recommandons de contacter nos éducateurs canins d’Educ Doc qui sont toujours à votre disposition.

plus d’informations en vidéo

 

 

 


3 étapes pour apprendre la cage à votre chiot

3 ÉTAPES POUR APPRENDRE LA CAGE À VOTRE CHIEN

Il est vrai que la cage peut facilement avoir une connotation négative. Mais si vous l’utilisez d’une bonne manière, c’est-à-dire lors d’un apprentissage et non d’une punition, elle peut être un excellent outil. La cage sera alors la chambre de votre chien et soyez-en assurés, il l’adorera !

Premièrement, elle peut lui apprendre à être calme car un certain nombre de chiens peut avoir du mal à canaliser l’énergie, à gérer les émotions ou l’excitation.

Deuxièmement, la cage est un moyen d’apprendre à votre chien à rester seul. Un chien qui ne sait pas rester seul peut engendrer beaucoup de problèmes de comportements : destruction de biens comme le fameux canapé, manque d’hygiène, pleurs, mal-être.

Troisièmement, la cage peut avoir pour fonction de servir de chambre à votre chien. Quand il aura envie de se reposer, il sera content de se retrouver dans sa cage.

Quatrièmement, c’est un excellent outil pour lui apprendre les bons comportements. La cage ne doit en aucun cas servir à punir votre chien !

ÉTAPE 1 : ASSOCIER LA CAGE À UNE CHOSE AGRÉABLE

Nous allons ici directement associer la cage à une idée agréable grâce aux friandises.

Pour ce faire, vous allez poser progressivement les friandises à l’intérieur de la cage. L’interaction entre votre chien et la cage commencera alors.

Commencez à mettre les friandises à l’entrée. Vous les poserez progressivement à l’intérieur de la cage, tout d’abord à l’entrée, au milieu et enfin au fond, en fonction du degré de confiance de votre chien.

Félicitez votre chien quand il revient vers vous car la positivité et la récompense sont importantes dans l’éducation canine.

Votre objectif est d’associer la cage à quelque chose d’agréable.

Durant cette première étape, vous laisserez la cage ouverte. C’est la phase muette, c’est-à-dire que vous ne donnez pas d’ordre à votre chien. Il doit pouvoir comprendre par les gestes ce qu’il se passe. Si votre chien n’a pas ou peu d’énergie à ce moment-là, donnez-en lui grâce aux friandises.

Récompensez le fait que votre chien retourne de lui-même dans la cage par d’autres friandises ou des caresses. Néanmoins, ne récompensez pas votre chien avec les friandises dans votre main car il ne doit pas faire l’association avec vous mais avec la cage. C’est elle qui récompense et pas vous.

Si vous voulez qu’il reste plus de temps dans la cage, jetez-lui plusieurs friandises. Il passera par conséquent quelques minutes à toutes les mâcher.

ÉTAPE 2 : FERMER LA CAGE

Il va falloir que votre chien comprenne qu’être dans une cage fermée est agréable.

Jetez des friandises dans la cage et dans un premier temps, poussez juste la grille. Vous pouvez alors donner des friandises à votre chien directement à travers la grille. Une fois qu’il a fini de les manger, ouvrez la grille afin de faire comprendre à votre chien qu’il peut sortir de sa cage.

L’essentiel dans l’apprentissage chez le chien est la répétition. Refaites donc cet exercice plusieurs fois.

Vous allez désormais répéter cet exercice mais cette fois-ci en fermant le verrou de la cage. Récompensez votre chien régulièrement avec des friandises pour qu’il continue à associer la cage avec quelque chose d’agréable, tout en restant à côté de lui. Évitez de parler à votre chien dans ce cas-là afin de ne pas l’exciter.

Puis, vous allez espacer la fréquence de récompense afin que votre chien ne pense pas uniquement aux friandises. Il faut lui faire comprendre qu’à terme il en aura de moins en moins, jusqu’à qu’il n’en ai plus besoin.

ÉTAPE 3 : LUI APPRENDRE À RESTER SEUL

Cette étape va permettre à votre chien de rester dans la cage tandis que vous commencerez à disparaître petit à petit. Cela servira à votre chien d’accepter à terme de rester dans sa cage même si vous n’êtes pas là. Durant l’apprentissage, vous n’avez pas besoin d’aller trop loin. Aller dans la pièce d’à côté est suffisant.

Pour ce faire, le meilleur moyen est d’utiliser des jouets à mastiquer où à l’intérieur vous allez  pouvoir mettre des friandises (jouets trouvables en animalerie ou sur internet).

L’objectif est d’associer votre absence à du positif et d’occuper votre chien dans sa cage.

Comme il ne saura pas forcément quel est ce type jouet, il faudra tout d’abord lui apprendre à récupérer les friandises qui sont à l’intérieur.

Première étape : apprendre à votre chien comment fonctionne ce type de jouet à l’extérieur de la cage. Amusez-vous à déplacer le jouet afin que votre chien essaye de nouvelles choses avec et s’y habitue.

Deuxième étape : laissez rentrer votre chien dans la cage après avoir mis des friandises à l’intérieur. Mettez le jouet à l’intérieur et fermez la cage.

Troisième étape : une fois que votre chien joue dans la cage, vous pourrez commencer à disparaître. Commencez par partir au moins dix secondes avant de revenir. Il est inutile de dire au revoir à votre chien, car nous voulons que cette absence soit naturelle et normale pour votre chien. Évitez aussi de signaler votre départ ainsi que votre retour par la voix.

Vous allez ensuite augmenter la durée de votre absence d’au moins trente secondes. Il faut que vous associiez votre absence à un plaisir pour votre chien et à une occupation. Une fois qu’il a fini les friandises dans le jouet vous allez apprendre à votre chien à attendre pour lui apprendre à rester dans la cage sans elles. Nous vous conseillons donc d’attendre quelques minutes à votre retour avant d’ouvrir la cage.

QUESTIONS DIVERSES

1/ Combien de temps puis-je laisser mon chien dans la cage ?

Cela va tout d’abord dépendre de sa propreté, de sa faculté à se retenir de faire ses besoins. Si vous avez un chiot par exemple, ne le laissez pas plus d’une heure tout seul dans la cage car il ne sera qu’au début de son éducation générale.

Sachez que votre chien peut rester plusieurs heures dans la cage à partir du moment où vous le lui avez appris. La progression est très importante durant l’apprentissage.

2/ Quel type de cage lui faut-il ?

Il existe différents types de cages. Vous avez par exemple les cages aérées complètement en grille ou des cages plus fermées. En réalité, le choix de la cage dépend de vous et de ce que vous estimez être meilleur pour votre chien.

3/ Quelle taille de cage dois-je choisir ?

La taille de la cage est très importante pour votre chien. Il faut qu’il puisse être debout ou assis sans à avoir à toucher le plafond. De plus, votre chien doit être capable de pouvoir se retourner à l’intérieur de la cage. Il lui faut également de la place pour qu’il se couche et puisse être à l’aise.

Si vous avez un chiot, vous allez devoir avoir plusieurs cages au fur et à mesure qu’il grandira. Sachez qu’il existe des cages réglables selon la taille de votre chien.

4/ Où puis-je mettre la cage ?

Il faut tout d’abord la garder dans la pièce de vie, le salon par exemple, afin de garder un côté convivial à la cage. Quand votre chien est dans cet apprentissage, il ne faut pas la mettre dans un endroit où votre chien n’est que très peu ou ne se sent pas à l’aise.

5/ Que faire si mon chien n’aime pas les friandises ?

Si votre chien a déjà mangé, il sera évidemment moins intéressé par l’apprentissage de la cage.

Évitez d’utiliser pour cet exercice les croquettes habituelles mais apportez de la nourriture ayant plus de valeur aux yeux de votre chien.

Autre technique, remplacez son repas par la technique de la cage avec les friandises.  Vous pouvez aussi faire manger votre chien dans sa cage en mettant la gamelle à l’entrée.

6/ Que faire si j’ai plusieurs chiens ?

Vous pouvez tout d’abord avoir plusieurs cages car elles doivent être l’espace personnel de chacun de votre chien et non uniquement un endroit partagé d’éducation. Faites ces exercices individuellement à vos chiens. Vous pouvez le faire avec l’un d’entre eux dans le salon tandis que les autres sont dans le jardin ou dans une autre pièce.

7/ Que faire si mon chien pleure ?

N’allez pas le voir et n’ouvrez pas la cage sinon vous allez renforcer ce comportement dépendant. Commencez donc par l’ignorer. S’il n’arrête pas de pleurer après quelques minutes, sortez-le de la cage car il a peut-être envie de faire ses besoins.

8/ À quel moment dois-je mettre mon chien dans la cage ?

Cela dépend de la fonction de la cage. La cage peut être le panier du chien  ou un endroit où le faire rester si vous ne voulez pas qu’il vous dérange, si vous recevez du monde par exemple. Elle peut servir également à canaliser l’énergie de votre chien. Mais attention, la cage ne doit pas être associée avec punition. Donnez-lui toujours des friandises ou un jouet à mastiquer pour que ce moment reste agréable pour lui.

Vous pouvez mettre votre chien dans la cage pour qu’il y dorme. Néanmoins, il faut que votre chien soit propre et qu’il ait déjà appris à y rester longtemps.

Attention, si votre chien retourne de lui-même dans sa cage après avoir joué, ne l’embêtez pas car il risque fort de grogner. Laissez-le tranquille car il a aussi besoin de moments de calme. Si vous avez des enfants, apprenez-leurs à respecter le repos du chien quand il est dans sa cage.

L’équipe d’Educ-Dog espère que ces petits conseils vous ont été utiles. Si vous avez d’autres questions, n’hésitez surtout pas à nous contacter.

Et n’oubliez pas, l’éduquer, c’est l’aimer !

Plus d’information en vidéo


Le chien fugueur : tout sur la fugue chez le chien

LE CHIEN FUGUEUR

La fugue chez le chien est un comportement difficilement compréhensible et gênant car il remet en question notre capacité à être un bon maître. On se demande en effet pourquoi notre chien cherche à quitter notre maison. Il est peut-être malheureux ?

La fugue est aussi dangereuse pour le chien car il est exposé à toutes sortes de risques et dangers: accidents, blessures, bagarres avec d’autres chiens et même se faire voler.

Il est important de noter que l’identification offre beaucoup de chances pour retrouver un animal perdu. Il est presque obligatoire maintenant de faire poser une puce.

Il existe deux types de comportement : il fugue mais revient de lui-même, il fugue mais ne revient pas.

Les causes des fugues sont diverses dans les deux cas, mais le plus important est de savoir comment éviter ce genre de comportement.

Il FUGUE MAIS REVIENT

Il est bon de connaître les circonstances de départ car elles peuvent vous aider à gérer le problème et trouver des solutions.

Le territoire : la fugue commence par un départ du territoire. La solution est de délimiter son territoire par une clôture ou une haie. Si la propriété est grande, il aura son terrain à lui et n’ira pas dans les plates-bandes à fleurs ou légumes. Le portail est resté ouvert par hasard, le chien en profite pour s’échapper, petite question de voir ailleurs. Il revient après un certain temps, content de retrouver les grilles de la maison. Justement, c’est l’occasion pour vous de vérifier les grillages, renforcer les endroits d’où il a pu s’échapper. S’il a creusé des trous, il faut renfoncer et poser des planches ou des matériaux résistants tout le long de la clôture. Une autre solution aussi pour empêcher les escapades, c‘est ériger un mur assez haut. La propriété sera bien protégée, le territoire du chien est bien délimité, mais la vision est limitée à ces murs, il ne verra pas ce qui se passe à l’extérieur. Malheureusement ce sera une raison de plus pour lui de vouloir s’évader. Son flair est puissant, la curiosité l’appelle et il attend l’occasion propice pour s’évader.

Rappel, vous êtes le maître : il se peut que votre chien se considère comme un dominant. Il est trop gâté, il a appris à faire ce qu’il veut, à agir à sa guise. Voici quelques conseils de rappel qui vous aideront à reprendre les choses en main.

Votre chien doit manger après vous, si possible en dehors de votre présence. Lui retirer la gamelle au bout de 20 minutes, qu’il ait mangé ou non. Il ne faut pas lui donner à manger lorsque vous êtes à table.

Interdiction de couchage dans les endroits stratégiques. Les endroits de passage comme les escaliers, le couloir et le hall, ainsi que les endroits en hauteur comme le canapé ou la chaise ne doivent pas servir d’endroits de couchage. Il s’est habitué à s’installer avec vous sur le canapé quand vous regardez la télévision.

Ne pas répondre à toutes ses sollicitations : c’est vous qui initiez les contacts pour les jeux, les caresses ou les câlins. Il faut le faire patienter, il doit attendre vos décisions et apprendre à obéir.

 

Il cherche une femelle. Si vous retrouvez souvent votre chien chez des voisins possédant des chiennes, il est fort possible qu’il ait besoin d’activité sexuelle, comme tout animal normalement constitué où l’attrait du sexe opposé est extrêmement fort. Certains optent pour la castration pour diminuer le comportement, mais cela ne l’empêchera pas de sentir les odeurs des femelles en chaleurs et continuera à se sauver.

Il s’ennuie : Vous n’avez pas beaucoup de temps à lui consacrer. Il est fort possible qu’il s’ennuie en votre absence. Il sort et cherche la compagnie d’autres personnes qui apprécient de jouer avec lui, comme les enfants ou d’autres chiens. Il veut explorer de nouveaux paysages, sentir de nouvelles odeurs, partir à l’aventure. Que faire ? Soyez plus souvent avec lui, amusez-vous ensemble dans les terrains de jeux. Faites des balades, des longues promenades dans la forêt, au bord de l’eau. Il a besoin de votre présence, vous êtes l’être le plus cher pour lui. Mais apprenez-lui aussi à vivre sans vous, habituez-le à votre absence le plus tôt possible, dès son plus jeune âge, il saura vous attendre pendant votre absence ou vos heures de travail.

Il a faim : il arrive parfois que les rations concoctées à domicile ne suffisent pas à nourrir les chiens, ils doivent quelquefois se contenter des petits restes de la table. Alors ils s’en vont chercher de la nourriture dans les poubelles ou les poulaillers des voisins. Ils sont aussi tentés de courir et attraper des pigeons des villes ou des oiseaux. Demandez plutôt conseil à votre vétérinaire qui va vous recommander la dose de la ration nécessaire pour votre chien avec de la nourriture adaptée à ses dépenses d’énergie.

 

Quelles que soient les causes des fugues du chien, la réaction du maître à son retour doit être positive, l’enfant prodige est revenu au bercail !

Si on le réprimande, il repartira et réfléchira avant de revenir. Sa fugue sera de plus en plus longue. La punition n’est pas une bonne solution, vous avez même vu qu’il demande pardon. La récompense au retour du chien permet de renforcer le comportement de retour, même si cette technique ne règle pas totalement le comportement de fugue.

Il faut le féliciter, lui souhaiter la bienvenue chez lui. Et da capo ! Vous le récompensez. Encouragez-le à venir à vers vous, n’hésitez pas à le caresser. Puis reprenez le rappel avec un ton joyeux pour renforcer vos liens et il obéit.

Il FUGUE MAIS NE REVIENT PAS

Votre chien fugue et on le retrouve, grâce au chip ( micropuce), loin de votre domicile ou même parfois dans un refuge. Il faut essayer de connaître les causes de ce comportement.

Il est hyperactif : Il manque de dépense physique, il est infatigable, veut toujours courir, ne s’arrête pas de jouer, ne répond pas au rappel. Si vous tirez trop sur la laisse pour lui annoncer la fin de la balade, il va tirer de son côté pour mettre fin à cette privation de liberté et vous lâchera. Dans ce cas, il vous faut donner du lest en prolongeant les promenades et les jeux, le mieux dans les grandes espaces où il pourra se défouler et se défoncer.

La peur : Il est hypersensible et a peur des grands bruits comme les pétards ou les feux d’artifice qui ne font pas leur fête. Ils sont angoissés et fuient le domicile, ils ont peur de revenir là où ils ont entendu ou vécu ces expériences. Il faut essayer de le calmer, mais au cas où cela ne suffit pas, vous pouvez faire appel à des vétérinaires comportementalistes spécialisés qui vont traiter les phobies ou les chocs qui ont poussé votre chien à la fugue. Ils vont prescrire une thérapie comportementale associée à un traitement médical.

Il veut chasser : Le chien qui n’a pas été socialisé à certaines espèces va instinctivement courir après un chat et attraper les pigeons des rues ou les poules et poussins du voisin, il est de nature prédateur, les maîtres ont du mal à priver les chiens de ce comportement, un bon rappel pourra peut-être le diminuer et attendons le résultat !

Les troubles de vieillesse peuvent limiter les facultés du chien. Une désorientation spatio-temporelle, une perte des apprentissages et une détérioration des fonctions par exemple de mémoire peuvent se manifester avec l’âge et conduire le chien à la fugue. Une fois en dehors de son territoire, il ne retrouve plus son chemin et ne rentrera pas à la maison. Dès les premiers constats de ces symptômes, le maître doit agir en conséquence, il faut le garder à l’intérieur et veiller à sa santé.

POUR CONCLURE

Nous ne vous dirons jamais assez d’être vigilants. Les fugues sont des signes de mal-être chez les chiens et de manque d’attention de la part du maître. Il n’est pas toujours facile d’y faire face, mais l’amour renforce les liens.

Si nos conseils n’ont pas réussi à compléter vos attentes, veuillez contacter nos experts spécialisés de l’équipe Educ-Dog qui sont à votre disposition pour tous vos besoins.

Plus d’informations en vidéo

 

 

 


Les 5 sortes de motivation du chien

Certains maitres sont déçus par le manque de motivation de leurs chiens et ne savent plus quoi faire pour leur redonner la motivation.

En partant du fait que la motivation est à la base de notre méthode d’éducation, dite éducation positive. En effet cette méthode fait en sorte d’éviter les punitions mais favorise au contraire un partenariat basé sur l’attention que porte votre chien à son maitre et sa volonté de vous faire plaisir.

Il faut éviter l’anthropomorphisme et comprendre qu’un chien est un animal opportuniste, la nourriture étant sa source première de motivation. Ainsi votre animal n’entreprendra aucune action si celle-ci ne lui rapporte rien. Ainsi à chaque fois qu’il réfléchit à entreprendre une action, il va se poser la question suivante : Que vais-je y gagner ?

Nous allons voir qu’il y a 5 sources principales de motivation, généralement divisée en deux catégories les motivations internes et les motivations externes.

 

ATTENTION AU CONFLIT DE MOTIVATION

Si nous prenons un exemple concret, votre chien est somnolant bien installé dans son panier et que vous l’appeliez avec d’une voix joyeuse. Il ne va sans doute pas hésiter longtemps avant de vous rejoindre, car par expérience il sait qu’une récompense sera sans doute à la clef. Dans ce cas il est facile de peser le pour et le contre et l’idée de profiter d’une friandise sera la plus forte.

En revanche si votre chien est en train de jouer et vous tentiez de faire un rappel vous aurez beaucoup plus de mal à réussir. Pour lui c’est un choix cornélien à faire car il n’a pas l’occasion de jouer souvent avec d’autres compagnons et l’exercice, le jeu sont des récompenses importantes pour lui car faisant parti de ses besoins primaires. Un chien a besoin d’exercices et de défoulement. Pas sûr qu’une friandise soit suffisante pour faire pencher la balance de votre côté. Surtout que votre chien sait qu’il risque de rentrer à la maison, alors il va falloir que vous soyez convaincant afin de le rappeler.

D’autres exemples de conflit de motivations :

  • Vous lancez une balle à votre chiot dans un tunnel sombre, et là il hésite entre aller chercher sa balle et cet endroit effrayant.
  • Vous apprenez à votre chien à marcher au pied et vous allez croiser un autre chien, là il hésite entre vous faire plaisir en marchant au pied et aller jouer avec un potentiel ami.

 

COMMENT MOTIVER SON CHIEN

Venons-en au fait, il y a 5 sources de motivation chez le chien on les distingue comme des récompenses internes ou récompenses externes, aussi appelées récompenses primaires ou secondaires.

RÉCOMPENSES INTERNES

La première source de récompense est évidente il s’agit de la nourriture. En effet à chaque fois que votre chien obéit à un de vos ordres il va falloir le récompenser avec une friandise, du moins au départ. En effet devoir récompenser votre chien pour tous ses actes par de la nourriture sur le long terme n’est pas souhaitable.

Autre source de récompense cela va être le jouet, en effet un chien est capable de tout pour jouer avec son jouet préféré. Ainsi à chaque fois que votre chien obéira à votre ordre il faudra lui lancer son jouet pour le récompenser. Là encore c’est une stratégie qui ne doit pas être systématique car vous ne pouvez pas vous le permettre, toutefois l’utiliser en combinaison avec d’autres récompenses est une bonne chose.

RÉCOMPENSES EXTERNES

Les caresses :

Il ne faut pas sous-estimer le rôle des caresses dans l’éducation de votre chien.

En effet les caresses sont très importantes pour votre chien et lui permettent de se détendre et se sentir bien. Les caresses ne doivent pas être des grattouilles superficielles, au contraire une caresse doit être franche et s’effectuer avec les deux mains le long du corps de votre chien. Par contre ne le retenez pas, votre chien doit souhaiter rester avec vous vous ne devez pas le forcer.

Notre conseil : Caressez-le avec vigueur à chaque fois qu’il obéit à un de vos ordres.

Les encouragements

Vous pouvez encourager votre chien avec votre voix, il est conseillé d’utiliser une voix enjouée et lui témoigner de votre joie, de votre fierté lorsqu’il se comporte bien ou obéit à vos ordres. Vous pouvez lui dire bravo, qu’il est un bon chien.

La liberté

Laissez votre chien en liberté lors d’une promenade est une des plus belles récompenses pour lui, c’est un peu l’équivalent de nos vacances. Il sera heureux de pouvoir courir, renifler les coins qu’il veut, faire ses besoins. De plus cela prouve que vous lui faites confiance. A chaque fois que votre chien se comportera bien il faudra le remercier en lui accordant des quartiers libres

 

UNE SEULE FORME DE RÉCOMPENSE N’EST PAS SUFFISANTE

Attention il n’y a pas de récompense qui se suffit à elle-même, il faut utiliser différentes sources de motivations et les associer ensemble pour parvenir à mener une éducation positive réussie. En effet prenons la nourriture, vous ne pouvez pas récompenser votre chien à chaque fois qu’il obéit à un ordre avec de la nourriture, c’est une méthode limitée.

Seulement si vous utilisez des encouragements, des caresses et la nourriture vous pourrez vous permettre plus de choses et vous aurez plus de chances de parvenir au résultat final.

Il faut donc varier les récompenses lors de l’apprentissage de votre chien et à la fin d’une séance le laisser libre afin qu’il puisse se détendre.

L’objectif principal pour vous c’est que votre chien finisse par comprendre que c’est fun d’obéir à son maitre et que passer du temps avec vous c’est super cool.

L’éducation ne doit pas rimer pour lui avec frustration et punition c’est totalement le contraire qu’il doit penser. Imaginer qu’un enfant aille à l’école en ayant sans cesse peur d’être grondé et un autre enfant très content de partir à l’école car il sait qu’il va bien s’amuser. Avec les chiens c’est exactement pareil.

Aussi tous les chiens ne réagissent pas tous aux récompenses, certains seront plus ou moins sensibles aux friandises, aux caresses, aux encouragements ou à leurs jouets. En connaissant votre chien vous saurez choisir quelle récompense plus ou moins utiliser et vous mettrez peut-être un peu plus en avant dans votre arsenal éducatif.

Si malgré tous nos conseils vous constatez que votre chien ne parvient pas à se motiver et ne parvient pas à obéir à vos ordres il serait bon de consulter un de nos comportementalistes canins. Ces derniers ont éduqué des milliers de chiens différents au cours des dernières années et sauront à coup sûr vous aider à retrouver sa motivation.

Plus d’informations en vidéo

https://www.youtube.com/watch?v=_ME4gn8cW20

 

 


Comment réussir une balade avec son chien ?

On sort ? – Waouh ! Promenons-nous dans les bois, allons prendre un bol d’air ! Les sorties, les promenades, les excursions, les balades et les randonnées dans la nature sont des occasions pour nous dégourdir les jambes, surtout si le temps est de la partie : pas de vent, pas de pluie, pas trop chaud ni trop froid et par-dessus tout en bonne compagnie.

Ce sont aussi des moments agréables à partager avec notre chien qui a aussi besoin de se défouler. Nous admirons les paysages pendant que le chien va prendre une bonne dose d’odeurs différentes de celles du jardin qu’il connaît à fond.

LE BON ÉQUIPEMENT

La promenade quotidienne est de rigueur, il faut donc s’équiper comme il se doit.

Nous nous habillons, mettons nos baskets ou bottes selon le temps qu’il fait, emmenons des bouteilles d’eau, la gamelle du chien, son jouet préféré et des friandises. Prévoir un parapluie et une serviette microfibre en cas de pluie.

Nous équipons le chien avec le harnais pour bien assurer sa sécurité si nous allons en ville. Le collier suffit pour la campagne. Ne pas oublier la médaille d’identification qui est très pratique même s’il a déjà son « chip ». Si jamais il s’égare dans la nature, les gens qui le retrouvent peuvent vous joindre facilement et rapidement.

En cas de pluie, prévoir un manteau ou un parapluie pour chien s’il en a. Mais cela n’est pas grave s’il n’en n’a pas, de toute façon, les chiens adorent jouer avec l’eau.

Pour les promenades de nuit, prévoyez un gilet fluo et une lampe sur le collier ou le harnais. Lui aussi doit être visible.

LE DÉPART

Et c’est parti ! Commencez la promenade avec un rappel d’obéissance.

Vous êtes devant la porte, prêts à sortir. Le chien frétille, vous lui dites d’attendre, assis.

Vous ouvrez la porte, il se lève et se dirige vers la porte. À ce moment-là, vous refermez la porte pour lui rappeler que c’est vous qui sortez le premier, pas lui. Il est important qu’il comprenne et apprenne cette leçon et qu’il n’a pas le droit de sortir sans autorisation.

Vous démarrez la promenade après quelques minutes d’exercices comme le rappel classique à l’ordre : ici, stop, assis, couché, pas bouger. Il va s’y habituer à force de le faire tous les jours avant chaque promenade aussi qui doit contenir des séances d’obéissance et des exercices.

Il peut faire ses besoins soit tout de suite au début des promenades, soit encore quelques minutes après, selon les endroits où il peut les faire.

La durée et la fréquence de la promenade dépend de votre disponibilité. Si vous n’êtes pas libre, demandez à un membre de la famille de promener le chien, vous pouvez aussi de temps en temps avoir recours à un pet sitter. En tout cas, il est impératif de faire des balades avec lui, il a besoin de rencontrer des congénères, se socialiser avec eux, même si nous ne comprenons pas ce qu’ils se disent, ils sont heureux de se retrouver. C’est vraiment la balade des gens heureux !

LA LAISSE , LE HARNAIS

Le port du harnais est plus sécurisant en ville pour éviter les accidents que peuvent causer les voitures, les vélos ou même les piétons. Il faut toujours être vigilant. Son instinct peut lui jouer des tours quand il voit un chat, un pigeon ou même un autre chien.

La laisse doit suffire à la campagne où il n’y a pas beaucoup de circulation.

On peut même le détacher lorsque vous êtes arrivés dans des endroits où il peut courir et se défoncer.

C’est l’occasion pour lui de faire connaissance avec les autres chiens, ils vont jouer, s’amuser, se stimuler.

Promenons-nous dans le bois, tant que le loup n’y est pas !

À NE PAS FAIRE

Tirer sur sa laisse pour le ralentir, ça fait mal, comme si on vous tirait les cheveux. Si vous voulez le faire changer de direction, appliquez le rappel d’obéissance, vous tournez le premier et il vous suivra.

Son comportement ne vous plaît pas, il s’entête à aller vers une autre direction que la vôtre. Il a reniflé quelque chose à l’angle de la rue, bonne ou mauvaise odeur, toujours est-il qu’il en est attiré. Et hop, vous tirez sur la laisse !

Il presse le pas, vous n’arrivez pas à le suivre. Il est surexcité pour toutes les odeurs à sniffer et vous êtes trop lent pour lui. Tirer sur sa laisse, c’est le priver de sa liberté, voire l’humilier.

Voici un cas que je tiens à partager : un chien court ou marche à côté d’une voiture conduit par son maître qui le tient par la laisse ou attache sa laisse à la portière de la voiture. Malheureusement ça s’est vu. Cela ressort toujours de la maltraitance, même si le conducteur roule au pas !

Ne pas téléphoner pendant la promenade, mettez votre portable de côté, au fond de votre sac ou dans votre poche, ne l’utiliser qu’en cas majeur, ayez toujours l’œil attentif sur votre chien, restez concentré sur lui

Vous rencontrez des amis qui promènent leur chien comme vous. Vous discutez agréablement et oubliez de le suivre des yeux. Il faut toujours surveiller leur périmètre de sécurité !

Ne pas le laisser jouer avec ses potes. Ils se retrouvent uniquement au moment des balades, ils sont contents d’être ensemble et en profitent pour faire leurs 400 coups qui ne sont pas du tout méchants.

Ne lui apprenez pas à vous désobéir, ce qui risque d’arriver si vous négligez les séances d’apprentissage du rappel pendant les sorties où il se sent libre, trop libre. Vous l’avez laissé à lui-même, il fait ce qu’il veut et ne vous écoute plus.

Il n’est pas bon non plus de rabâcher le rappel et répéter plusieurs fois les ordres durant la promenade, alors qu’il se sentait bien dans sa peau en se dépensant. Mais quand c’est trop, c’est trop. Il peut se sentir frustré, se demandant où est-ce qu’il avait fauté. Sa promenade est gâchée.

À FAIRE

Il faut lui laisser le temps de profiter de jouir du grand bonheur que lui procurent ces moments de liberté qui est une vraie stimulation mentale et émotionnelle pour lui. Le bonheur est partagé, car vous aussi, vous êtes heureux de le voir épanoui. Il a besoin de sa promenade pour son équilibre.

Choisir des endroits où il fait bon courir et idéal pour faire des activités en plein air : un pré, une clairière ou même au bord de l’eau.

Vous pouvez aussi fréquenter les terrains de jeux où il peut retrouver des cani-potes, se socialiser en entretenant des bonnes relations de voisinage avec eux, faire des jeux de passe-passe avec les jouets, faire des nouvelles connaissances aussi.

Si vous êtes seuls à deux dans un terrain de jeux, faites de l’interactivité avec la balle ou le bâton. C’est aussi le moment des séances d’obéissance suivis de massage et de caresse.

Chaque promenade passe impérativement par un apprentissage indispensable : le rappel.

Vous pouvez aussi tester la balade silencieuse. C’est-à dire lâcher le chien, le laisser jouer, explorer le coin, sentir les odeurs, et le laisser totalement libre de faire sa balade, à sa propre convenance. Vous êtes dans les parages, vous le regardez faire, vous attendez, vous ne donnez pas d’ordre. Quand il a fini, il revient vers vous et vous propose de jouer avec lui en vous apportant sa balle ou son bâton. Il va aussi se jeter dans l’herbe pour avoir des caresses. Ne refusez pas, c’est un bon signe, l’entente est parfaite entre vous en partageant des jolis moments à deux.

POUR CONCLURE

La psychologie canine n’est pas évidente à comprendre. Les problèmes de communication avec un chien entraînent des conflits d’entente. Il faut les maîtriser tout en respectant les besoins de votre chien si on veut réussir une belle balade et que tout le monde soit heureux.

Nos conseils ne sont jamais assez suffisants. N’hésitez pas à contacter nos éducateurs spécialisés d’Éduc Dog pour tous vos besoins en matière d’éducation canine.

Plus d’information en vidéo