Comme pour tous les mammifères, le système vasculaire du chien joue un rôle primordial dans sa vie. Il est responsable de la distribution de l’oxygène vers tous les organes à travers le sang, mais également des nutriments indispensables à la vie de ces organes. Le système vasculaire du chien joue également un rôle d’apurement en ce qu’il permet l’élimination des déchets. Il est également appelé système cardiovasculaire, et comprend le cœur et l’ensemble des vaisseaux sanguins.

Le cœur du chien

Le cœur est présenté comme un gros muscle qui pompe le sang en une phase appelée diastole avant de la rejeter vers les vaisseaux sanguins en une phase appelée systole. Ce mouvement  de pompe et de rejet correspond en un battement de cœur, également appelée pulsation cardiaque.

Le fonctionnement du cœur du chien

Le cœur du chien dispose de deux cavités, l’une à gauche et l’autre à droite qui sont pratiquement autonomes. Toutefois, leur battement se fait ensemble. Chaque cavité est constituée d’une oreillette et d’un ventricule, mais également de valves qui s’ouvrent et se ferment alternativement afin d’éviter que le sang ne  reflue.

La fonction de la  cavité gauche est d’envoyer le sang oxygéné des poumons vers les organes ; et la cavité droite renvoie le sang qui vient de l’organisme vers les poumons. Ce sang provenant de l’organisme est chargé de gaz carbonique.

Le cœur subit également des contractions qui sont déclenchés par des stimuli produits par le système nerveux autonome du chien. C’est ce qui cause l’accélération ou le ralentissement du rythme cardiaque selon une situation de peur, de nervosité, d’excitation, etc. Le cœur du chiot commence à battre dans le ventre de la chienne vers le 25ième jour de gestation alors qu’il est encore à un stade embryonnaire et qu’il mesure moins de 2cm.

Localisation du cœur du chien

Situé dans la cage thoracique, le cœur du chien est localisé entre la 3ème et la 6ème côte. Il est devant le diaphragme et au-dessus du sternum. Il est plus près du thorax que du dos. Il est relié aux autres organes par les parois thoraciques ce qui en fait un organe fixe.

Il est du côté gauche du thorax, comme chez l’homme. La conséquence immédiate, vu l’anatomie du chien, est que le poumon gauche est plus petit que celui droit par manque de place. On relève également quelques chiots qui naissent avec des malformations inversant la position du cœur dans la cage thoracique. Toutefois, ce type de malformation existe également chez des humains et demeure à ce jour exceptionnel. En effet, c’est une malformation très rare appelée situs inversus due à une anomalie congénitale provoquant un mauvais positionnement des organes principaux pendant le développement prénatal du chiot.

Même si cela peut provoquer  pour certains sujets des troubles respiratoires, dans la plupart des cas, elle est sans conséquences sur la santé.

Le rythme cardiaque du chien

Le rythme cardiaque du chien est plus rapide que celui de l’humain. Si le rythme cardiaque d’un homme se situe entre 50 et 80 battements par minute, en fonction de beaucoup de paramètres, celui du chien varie entre 80 et 120 par minutes. Toutefois, il existe des races qui peuvent descendre jusqu’à 60 battement par minute, et ce sont  les plus grandes races de chien.

En général, le rythme cardiaque du chien dépend de plusieurs paramètres tels que l’âge, la taille et l’état de santé. C’est ainsi que le rythme cardiaque du chiot est plus rapide que celui du chien adulte. Il est estimé à environ 120 pulsations / minute, celle d’un chien adulte tourne autour de 100 pulsations / minute, et celle d’un chien âgé est de l’ordre de 80 pulsations / minute.

C’est également ce qui explique que les chiens de petite taille ont un rythme cardiaque plus élevé de l’ordre de 110 à 120 pulsations / minute. Par contre, les chiens de grande taille peuvent se retrouver avec un rythme cardiaque avoisinant celui de l’homme, soit autour de 70 battements / minute.

Enfin, l’état de santé dégradant du chien peut causer une accélération de son rythme cardiaque, voire même une tachycardie. C’est notamment le cas de beaucoup de maladies cardiaques. Il en est de même lorsque la chienne est en phase finale de sa grossesse.

En dépit de tout cela, le cœur du chien a une réelle capacité de résistance qui fait qu’il peut s’adapter à de nouvelles données de l’organisme et pour une longue période, voire pour toute la vie. C’est ainsi que la fréquence cardiaque augmente en plein effort physique pour approvisionner les muscles de plus d’oxygène et ralentit lorsque ces muscles sont au repos. Cet équilibriste cardiaque résume l’essentiel de la fonction du cœur dans l’organisme.

Les vaisseaux sanguins du chien

Les vaisseaux sanguins sont semblables à un réseau de canalisation ou à un réseau de transport qui permet de véhiculer toutes sortes de choses. C’est ainsi que le sang sert de moyen de transport dans ce réseau en acheminant des éléments comme l’oxygène, les nutriments, etc. Ainsi, les artères conduisent le sang oxygéné du cœur vers les autres organes  tandis que les veines ramènent le sang chargé de gaz carbonique, des organes vers le cœur. Ce sont les capillaires qui assurent la généralisation du sang dans le corps en acheminant le sang des artères à l’intérieur de chaque organe.

La pression du sang est plus forte au niveau du cœur et c’est ce qui explique l’épaisseur de la paroi des artères et leur élasticité. Les capillaires sont les vaisseaux sanguins les plus petits car ils sont plus fins que le cheveu humain.

C’est au cours de ce tour du sang à travers les vaisseaux sanguins, qu’il se débarrasse des déchets comme le gaz carbonique, les toxines, et récupère l’oxygène de même que les nutriments indispensables au fonctionnement du corps.

C’est la rupture d’un de ces vaisseaux qui cause un saignement du chien ou une hémorragie s’il s’agit d’une artère. La gravité de cette rupture dépend de sa localisation, de la taille du vaisseau et des autres maladies connexes que le chien peut avoir, comme un trouble de la coagulation. Si l’hémorragie se trouve au niveau du cerveau, les dommages peuvent être irréversibles.

 

Le sang du chien

La composition du sang du chien

Le sang du chien regroupe le plasma, les globules rouges, les globules blancs et les plaquettes.

Le plasma est le liquide épais qui contient tous les autres éléments et qui assure le transport des cellules  sanguines, des nutriments et des hormones produits dans d’autres organes.  Ce sont les globules rouges qui transportent l’oxygène des poumons aux cellules de l’organisme. Les globules blancs constituent le système de défense du corps et c’est pourquoi ils luttent contre tous les agents pathogènes, à savoir les microbes, les virus, les bactéries, entre autres. Enfin, les plaquettes sont responsables de la coagulation du sang. Un problème à ce niveau cause une hémorragie en cas de saignement.

 

Les groupes sanguins du chien

Comme pour l’homme, des groupes sanguins incompatibles causent un rejet. Pour le chien 9 groupes sanguins ont été répertoriés en fonction de différences notés au niveau des globules rouges.

D’après le système D.E.A. (Dog Erythrocyte Antigen), qui est la référence dans ce domaine, il existe 8 groupes nommés par des chiffes et un groupe Dal : 1.1, 1.2, 3, 4, 5, 6, 7, 8 et Dal. La particularité de ce groupe Dal réside dans sa rareté et sa localisation exclusive chez les Dalmatiens. Comme pour l’homme, aucun rapport entre la race et le groupe sanguin n’a été signalé, à ce jour.

Il existe des incompatibilités causant des rejets entre certains groupes mais elles sont assez rares. D’ailleurs, c’est pourquoi un test de compatibilité sanguine est rarement effectué lors des transfusions. Les donneurs universels sont 3, 4, 5, 6 et 8.

Maladies cardiovasculaires du chien

Un chien sur dix a une maladie cardiovasculaire. On ne sait pas encore si son rythme cardiaque assez rapide y est pour quelque chose. Généralement, ces malades sont faites pour le chien car il les traînent à vie. Leur détection est plus compliquée que celle de beaucoup d’autres maladies constatées à l’œil nu.

Une maladie cardiaque est définie comme toute anomalie du cœur qui impacte sur le fonctionnement de celui-ci. Cette anomalie peut être innée ou survenir plus tard. Il existe diverses méthodes pour y remédier, ce qui dépend du caractère inné ou acquis de la maladie, de l’état clinique du chien et de l’état d’avancement de la maladie.

Anomalies du système cardiovasculaire

Beaucoup d’anomalies du système cardiovasculaire peuvent entraîner une maladie cardiaque.

Il s’agit, entre autres, des valvules cardiaques qui ne se ferment ou ne s’ouvrent pas correctement ; du muscle cardiaque qui pompe trop faiblement ou se détend insuffisamment ; du cœur qui bat trop lentement ou trop rapidement ou de façon irrégulière ; d’une ouverture entre la cavité gauche et la cavité droite du cœur ; ou un flux sanguin anormal entre le corps et les poumons. Toutes ces anomalies peuvent provoquer une maladie cardiovasculaire au chien et lui être fatales si elles ne sont pas découvertes à temps.

Retrouvez sur le blog Educ-dog tous nos conseils santé et surtout nos conseils en matière d’éducation canine.