Cet article est destiné aux propriétaires de chiens qui ont accepté d’assumer la lourde responsabilité d’adopter un chien et qui se posent des questions s’ils sont capables de devenir de bons maîtres, tout en sachant qu’il ne suffit pas non seulement de satisfaire les besoins physiologiques du chien, mais qu’il faut aussi assurer son bien-être mental et son épanouissement émotionnel.

Les mauvaises méthodes

Nous tirons les sonnettes d’alarme contre ceux qui appliquent des méthodes violentes dans le but soi-disant de dresser ou d’amadouer un chien en passant par la force et en utilisant des outils coercitifs suivis de cris d’énervement. La violence et la contrainte n’ont pas leur place dans l’éducation d’un chien.

Malheureusement beaucoup de propriétaires négligent leur chien, certains le laissent souvent seul dans le balcon ou même dans le jardin toute la journée, pensant que le chien va se débrouiller tout seul, qu’il peut s’amuser tout seul et que ce n’est pas la peine de le promener.

D’autres vont les maltraiter, les punir sévèrement pour un problème de mauvais comportement, et le pire de tout, c’est qu’ils arrivent même à les emmener chez le vétérinaire pour les faire euthanasier.

L’autre extrême sont les propriétaires trop permissifs qui agissent avec leur chien comme des parents d’enfants gâtés et qui pensent qu’il ne faut rien lui refuser et ne le mettent pas à sa place de chien.

Formation de maîtres

Nous proposons à tous ceux qui veulent obtenir une maîtrise en matière d’éducation canine de suivre une formation. Ceux qui pensent qu’ils peuvent partager une relation pleine de complicité et d’harmonie avec leur chien doivent se former pour comprendre la psychologie canine et que nous devons adapter notre comportement et de le changer pour que le chien change comme nous le désirons, sinon la cohabitation entre l’humain et le chien devient bancale.

Il est donc de notre devoir et de notre responsabilité de répondre à ses besoins, mais surtout, de lui permettre de vivre sa vie de chien.

Parler chien

Être un bon maître, c’est comprendre les besoins, les demandes et les émotions, c’est-à-dire le langage du chien. La communication est non verbale. À force de répéter les mots que nous formulons pour le rappel ainsi que les gestes pour lui montrer ce que nous attendons de lui, le chien finit par les assimiler, à condition bien sûr qu’il y ait de la cohérence dans l’apprentissage. Toutes les personnes autour de lui doivent appliquer la même méthode. Il est aussi important de ne pas changer les termes qu’on utilise, par exemple « assis » et « assieds-toi » signifient la même chose pour nous, mais pas pour le chien qui écoute et imite en nous regardant, tôt ou tard il finit par comprendre et obéit.

Et nous ? Eh bien, nous devons agir de la même manière pour le comprendre ce qu’il veut. Voici quelques exemples, ils ne sont pas standards, mais peuvent servir de références car chaque individu a sa spécificité.

Le chien est agité et cherche l’attention du maître, cela peut signifier qu’il est temps pour lui de faire ses besoins, ne vous attendez pas à ce qu’il vous le chuchote à l’oreille.

S’il bâille, il a peut-être sommeil ou s’ennuie comme les humains, mais s’il le fait nerveusement ou se cache, c’est qu’il est sans doute en proie au stress, allez donc savoir ce qu’il y a derrière tout ça !

S’il remue la queue en voyant un membre de la famille ou quand on lui présente une friandise, c’est qu’il veut exprimer sa joie.

Les exemples sont nombreux, à vous de les répertorier et de les analyser car cela vous aide à bien connaître votre chien.

L’autorité

Éducation et autorité vont de pair dans le but de faire comprendre au chien qui est le maître afin qu’il connaisse sa place dans la hiérarchie familiale et qu’il respecte l’autorité et la domination de son maître qui tient le rôle du chien alpha dans la meute. Pour fixer ses limites, le maître doit dès le début donner des règles clairs et constants, lui faire comprendre ce qu’il a le droit de faire ou non. Un chien a besoin de hiérarchie pour être épanoui. Il vous rend bien la confiance que vous lui accordez. Le respect marche des deux côtés.

Dans le cas du chien dominant, c’est un peu différent vous devez toujours lui faire comprendre la place qu’il occupe en prenant par exemple l’organisation dans la meute : la famille ou le couple alpha mange avant le chien oméga et s’il réclame, il faut ignorer sa demande.

Mais soyons clairs : l’autorité du chef ne doit jamais s’appliquer avec violence, même si le maître constate qu’il a du mal à faire respecter son autorité. Faire montre d’impatience ou d’agressivité prouve que vous vous mettez à son niveau et qu’il n’y a aucun moyen d’entente, c’est de la contre-production. Le maître doit faire preuve de patience et de constance pour tenir son rôle en toutes circonstances. La punition n’est pas une solution car l’éducation est plus importante. Pour arriver à changer le comportement du chien, le maître doit se remettre en question et aussi changer. La réussite n’est jamais une question de chance, mais le fruit d’un apprentissage continu et constant et c’est votre récompense. À la fin, pensez aussi à récompenser votre chien qui a contribué à votre réussite car il a agi de la façon que vous attendiez de lui.

La socialisation

Le travail de socialisation est une base importante dans l’éducation de chien.

La socialisation canine développe ses relations avec ses congénères. Il vient de quitter sa propre famille, il faut donc l’aider à se ressourcer auprès d’autres amis chiens, par exemple lors des promenades. Ils vont jouer, s’amuser, papoter entre eux en langage chien.

La socialisation humaine rend la cohabitation saine et harmonieuse. On l’a habitué à être au contact d’adultes, mais aussi d’enfants plus turbulents, et de personnes âgées, plus fragiles et calmes.

La socialisation sociétaire développe ses relations avec le monde extérieur et tout ce qui l’entoure : la ville, les bruits, les autres animaux.

Développement des facultés physiques

Varier les activités est nécessaire pour affûter ses réflexes, renforcer son endurance. Pour cela, il ne faut pas hésiter à lui proposer plusieurs exercices qui lui permettent de développer ses facultés physiques, c’est-à-dire sa force, sa musculature et son agilité.

Stimulation des capacités intellectuelles

Les promenades dans différents endroits lui permettent de découvrir de nouveaux lieux, de nouvelles odeurs et de rencontrer d’autres animaux.

On peut aussi lui donner des jouets à astuces dans lesquels on peut cacher des friandises.

Les jeux de piste ne sont pas dédiés uniquement aux chiens policiers, mais aussi au vôtre qui va utiliser l’odorat qui va développer ses capacités d’observation et ses facultés de réflexion.

On peut aussi lui apprendre des ordres supplémentaires et de nouveaux mots auxquels il va apprendre à réagir et qui vont l’enrichir et le rendre intelligent.

Un bon maître est celui qui est prêt à tout faire pour comprendre son chien, prêt à apprendre et prendre du temps pour se former.

Il veut offrir au chien une vie pleine de complicité et d’harmonie plutôt qu’une vie derrière les barreaux d’un refuge.

Il veut offrir la liberté et la magie des belles promenades et prêt à se dire « l’éduquer, c’est l’aimer ».

L’éduquer, c’est aussi se former et le sauver pour ne pas avoir à le regretter plus tard.

Et c’est ensemble avec les membres de l’équipe Educ Dog que nous allons sauver des milliers et des millions de chiens sur cette planète. Nous serons leurs meilleurs amis.

Êtes-vous donc, OUI ou NON un bon maître ?