Le nez ou truffe du chien

Nous connaissons tous la fonction principale du nez à savoir la respiration. Toutefois, ce sont les particularités qui font l’intérêt d’étudier celui du chien. Il est facile de remarquer que le nez du chien et celui de l’homme ne sont pas pareils du point de vue de leur structure mais également des fonctions qu’ils peuvent avoir. C’est ainsi que nous sommes tous éblouis par l’odorat du chien dont certaines races sont même utilisées pour détecter des bombes, de la drogue ou autres substances.

Il s’agit dans cet article de présenter cet organe hautement caractéristique du chien au vu des prouesses qu’il fait avec.

La structure de la truffe du chien

L’anatomie du système olfactif du chien révèle deux naseaux, un pli alaire, une membrane olfactive, un bulbe olfactif et un organe voméro-nasal.

les narines également appelés naseaux constituent la partie qui permet de respirer et de sentir des odeurs. A la différence des narines humaines, les naseaux du chien lui permettent de déterminer la provenance de l’odeur ressentie.

 

le pli alaire est la partie de la truffe qui permet de diviser l’air en deux dans le but de dissocier la fonction de respiration et celle de détection de la provenance de l’odeur. C’est ce qui lui permet de reconnaître élégamment une personne au-delà de la vue.

la membrane olfactive permet de capter les molécules olfactives grâce aux cellules réceptrices. Ce sont ces récepteurs qui transmettent les informations au cerveau du chien en vue de la reconnaissance.

le bulbe olfactif est la partie qui récupère les informations reçues par la membrane olfactive.

l’organe vomèro-nasal également appelé organe de Jacobson permet au chien de détecter les phéromones.

Le tout est couronné par un pelage très épais doublé d’une couche cornée.

La couleur de la truffe du chien

Le caractère commun de la plupart des truffes de chien est l’intensité de leur couleur. En effet, elles sont généralement foncées sauf pour quelques exceptions de truffes roses causées notamment par l’albinisme canin ou le gêne merle. Généralement, les couleurs partent du noir au marron en passant par le gris. Chaque race dispose généralement d’une couleur de truffe qui lui est caractéristique car faisant partie de son patrimoine génétique. Parfois, elle peut dépendre de la couleur du pelage et même des taches sur la robe du chien dans une même race avec des tolérances de variations.

 

La couleur de la truffe n’apparaît pas dès la naissance. Ainsi, la truffe du chiot est rose à la naissance et ce n’est que plus tard qu’elle acquiert sa couleur définitive. Cette pigmentation de la truffe se fait progressivement, accompagnant la croissance du chiot et également la pigmentation de ses yeux. Toutefois, elle est beaucoup plus lente étant donné que chez certaines espèces la couleur définitive peut attendre deux ans pour atteindre la phase finale. De ce fait, c’est un véritable signe de maturation du chien.

Il faut également souligner que cette transition ne se fait pas de manière homogène. En effet, la coloration se fait par zones laissant des zones encore roses sur la truffe.

Le fonctionnement de la truffe du chien

Quand on scrute bien l’anatomie nasale du chien, on voit qu’il n’y a que le pli alaire qui différencie le nez du chien et celui de l’homme. Alors on se demande d’où vient cette capacité à détecter et à reconnaître les odeurs.

La réponse est donnée par le nombre pléthorique de cellules olfactives pouvant être 40 fois supérieur au nombre des cellules olfactives de l’homme. Ainsi, c’est grâce au flairage ou renfilage que le chien met en contact les molécules odorantes avec la muqueuse olfactive ce qui permet leur absorption par lesdites cellules. Ensuite, elles sont transmises aux neurones pour une mission de reconnaissance grâce aux informations antérieures déjà identifiées. Cet exercice lui permet de reconnaître une odeur déjà rencontrée, la nature de l’animal ou de l’objet qu’il suit et d’effectuer un pistage efficace.

 

Toutefois, cette prédisposition ne fait pas de tous les chiens de bons pisteurs. L’allongement ou le raccourcissement du museau y est également pour quelque chose. Généralement, les races de chien avec un museau allongé sont les plus grands pisteurs. Cela est principalement dû à une plus grande surface de contact entre l’air inspiré et la muqueuse olfactive. D’ailleurs, c’est la raison pour laquelle on préfère les races avec un museau long pour la chasse. Enfin faudrait-il préciser que même les chiens avec un museau écrasé ont des facultés bien supérieures à celles de l’homme.

L’humidité de la truffe du chien

L’humidité de la truffe du chien est importante dans l’amélioration de son odorat. En effet, cette humidité facilite l’analyse des molécules olfactives reniflées. C’est souvent avec la langue que le chien humidifie sa truffe et qui est un réflexe lorsqu’il est en face d’un aliment alléchant.  Ainsi, un nez humide ne permet pas exactement de savoir si son chien est en bonne santé ou pas mais plutôt qu’il est intrigué par une odeur.

Par contre, il est tout à fait normal de s’inquiéter lorsque la truffe de son chien est tout le temps sèche. Parfois, il peut s’agir d’un symptôme d’une maladie canine même s’il ne faut pas s’alarmer. Parmi les maladies qui peuvent dessécher le nez du chien, il y a l’insuffisance hépatique. D’autres troubles peuvent la provoquer à l’instar d’un déséquilibre alimentaire, d’une fatigue passagère, d’une déshydratation durable, entre autres. Alors surveillez votre chien si vous constatez que son nez est sec pour voir si c’est passager ou si cela dure pendant des jours. Vérifiez également si ce dessèchement est accompagné d’autres symptômes comme une fièvre, un abattement, etc. En cas de doute, il ne faut surtout pas hésiter à demander conseil auprès d’un vétérinaire.

Les différents rôles de la truffe du chien

Même si le rôle principal de la truffe du chien est la respiration, elle ne se limite pas qu’à cela. En réalité ses rôles sont multiples.

Rôle de respiration

C’est par le nez que les mouvements d’inspiration et d’expiration se font et c’est pourquoi il est désigné comme l’organe de la respiration bien que d’autres organes soient nécessaires pour ce faire.

C’est ainsi qu’il est relié au pharynx qui sert de relais entre lui et l’appareil digestif. C’est cet organe qui permet à l’air et les aliments de cheminer ensemble sans heurts à travers la bouche. En effet, le chien peut respirer par sa bouche comme l’homme et le fait lorsqu’il s’essouffle, lorsqu’il a chaud, etc. Il s’agit dans ces cas-là de refroidir l’organisme par l’évaporation de la salive. Cet acte est appelé halètement.

Rôle de repérage

Le nez du chien lui permet de se repérer dans son environnement, n’ayant pas de GPS et ne pouvant pas demander aux passants comme le ferait une personne, le chien est doté d’un nez puissant qui lui sert de mémoire spatiale. En effet, lorsqu’un chien investit un espace nouveau, il renifle tout ce qui lui passe sous le nez pour remémorer toutes les odeurs qui y sont présentes afin de les reconnaître ultérieurement. C’est ce qui forge son sens de l’orientation étant donné que sa vision n’est pas aussi développée et son ouïe n’est pas si extraordinaire par rapport à d’autres prédateurs. Ce renfilage se fait également pour savoir si le lieu lui est familier ou pas.

Rôle de chasse

Il n’est pas rare de voir un chien renifler une odeur de nourriture et suivre la piste sur une longue distance. Ce rôle d’explorateur de la truffe du chien est possible grâce à sa capacité à renifler de multiples odeurs en même temps et de les distinguer les unes des autres. Ainsi, il lui est possible de renifler une proie des heures après son passage. Il dispose la capacité de renifler des odeurs légères que l’homme ne sent pas grâce à ses cellules olfactives.

Rôle d’appréciation de  la nourriture

C’est grâce à  sa truffe que le chien apprécie si la nourriture lui plait ou pas. En réalité, les papilles gustatives du chien ne sont pas très développées contrairement à celles de l’homme. Alors, son nez lui sert de relais pour apprécier la qualité de son butin. Ses papilles ne parviennent à distinguer que quelques saveurs très limitées. Alors si un chien refuse de manger un aliment c’est plus parce qu’il n’en aime pas l’odeur que parce qu’il en déteste le goût. Généralement, il ne le goûte même pas car il lui suffit de le renifler pour prendre une décision.

Rôle de communication

Lorsque deux chiens se rencontrent, leur premier acte de communication est le renfilage. En réalité, c’est de cette manière qu’ils se reconnaissent. Si c’est la première fois qu’ils se rencontrent ce sera leur manière de faire connaissance et de garder le contact par le biais de la mémoire olfactive. C’est égalent ce renfilage qui permet en premier chef de connaitre le sexe de l’autre, son état émotionnel, notamment, s’il est en chaleur ou pas, s’il est serein, agressif ou inquiet.

Rôle de séduction

Le dernier rôle de la truffe du chien est la séduction ou plus exactement la capacité à identifier une partenaire pour la reproduction. Cette fonction est visible pendant la période de chaleur où la femelle signale sa disponibilité aux mâles avec une forte odeur qu’elle dégage. Cette odeur devient repérable  à des kilomètres par les mâles à qui il ne reste qu’à suivre la piste.

Si vous constatez la moindre anomalie sur la truffe de votre chien n’hésitez jamais à consulter un vétérinaire vous pouvez joindre notre partenaire le docteur Laurent Parpette en nous contactant directement ici.