Beaucoup de propriétaires de chiens ne savent pas toujours comment s’y prendre en matière d’éducation canine. Certains envoient leurs chiens dans des écoles spéciales pour chiens, alors que les maîtres devraient aussi prendre des cours et se former pour rendre leurs chiens obéissants, calmes et attentifs en adaptant une méthode positive.

Utiliser ses repas pour l’éduquer

Tout le monde aime son ventre. Combien de fois on a constaté l’utilisation de ce fait pour appâter quelqu’un et attirer son attention vers nous. C’est une stratégie ou une tactique, si on peut dire, qui va nous servir pour attirer un animal avec de la nourriture tout en nous amusant avec lui. Nous nous servons de cette opportunité pour l’aider à apprendre et surtout à renforcer son comportement d’obéissance. Mais avant de passer à la pratique, revenons un peu au savoir acquis par le chien car cela va de pair avec notre méthode :

  • Son nom: On lui a donné un nom dès son arrivée dans la famille. C’est tout nouveau pour lui, car il vient de quitter un environnement qui lui était familier jusque-là. Peut-être qu’il avait déjà un nom aussi auparavant, et maintenant il reçoit un autre qui sonne différemment et qu’on lui répète plusieurs fois quand on veut l’appeler. Il lui faut du temps pour s’y habituer jusqu’à ce qu’il sache qu’il s’agit bien de lui et qu’il doit répondre « présent » quand on l’appelle car il va entendre ce nom tout au long de la journée au cours des exercices.

  • Les ordres de base : ce n’est pas un rappel à l’ordre, mais le rappel tout court qu’on utilise avant et pendant les activités que nous entreprenons avec lui. Ce sont des règles de bonne conduite qu’on leur enseigne avec des mimiques. Il nous regarde et suit nos gestes. Le chien écoute, il est attentif à la voix et à l’intonation, il regarde en même temps la tête de son maître et sa main qui pointe le doigt vers une direction.
  • Si l’ordre donné est « assis », le doigt va lui montrer l’endroit où il doit s’asseoir.
  • Si l’ordre est « couché », le maître va se pencher ou même se baisser jusqu’à son niveau pour lui montrer qu’il doit s’allonger et rester couché.
  • Si l’ordre est « viens ici », le maître lui ordonne de venir à lui avec des gestes des deux mains, il peut aussi taper sur ses jambes pour l’intimer.
  • Bon, ce ne sont que des exemples, libre à vous de choisir les mots et les gestes qui vous conviennent.
  • Vous l’appelez à chaque fois et à force, il connaîtra son nom, s’y habituera et exécutera les ordres.

 

Il ne doit pas se presser sur sa gamelle sans autorisation

Le chien voit sa gamelle pleine de friandises qui vont servir d’appât pour instaurer un des buts de l’éducation : l’obéissance. Je ne sais pas si on peut faire avaler facilement cette méthode aux humains. Priver un enfant de dessert, c’est le punir, mais avec un chien, ce n’est pas le même cas. C’est un moyen que le maître utilise pour signifier son autorité, mettre le chien à sa place et lui montrer qui est le maître, le dominant.

Quand il essaye d’avoir accès à sa gamelle, il faut l’en éloigner. N’hésitez pas à répéter cet exercice et vous verrez qu’après plusieurs essais, il comprendra. Bien sûr, il ne faut pas s’éterniser avec ce genre de « titillation » qui ne doit pas durer plus d’une minute. Il a compris, reste calme et attend. À ce moment-là, vous lui donnez une croquette, pas plus, pour le récompenser puisqu’il faut s’y prendre étape par étape, et après chaque étape, n’oubliez pas de le récompenser tout en augmentant toujours le nombre de croquettes.

Vous pouvez aussi jeter au loin une croquette ou même plusieurs en les éparpillant et il va courir après.

En fait, vous vous amusez ensemble tout en travaillant les exercices d’obéissance et d’attention.

Vous éloignez le chien avec une friandise, puis rappelez-le pour lui demander un « assis » et faites-le patienter avant la récompense. L’importance de cet acte n’est pas de le faire asseoir, mais le fait qu’il doit rester assis.

 

Utilisez un geste pour le faire asseoir

Vous êtes debout devant lui, la main en haut, il va suivre votre main du regard, vous baissez la main en le pointant et en disant en même temps « assis ».

Il est nécessaire d’augmenter le niveau de difficulté au fur et à mesure parce qu’il doit rester longtemps assis. Cela lui procure de l’excitation si on ne lui donne pas de friandise tout de suite. Il faut attendre quelques secondes encore jusqu’au moment où il respecte l’exercice. On lui donne la friandise et en même temps on le félicite par des caresses et par la voix.

On peut aussi varier les situations, ne pas lui donner tout de suite une friandise, mais le rappeler avec « assis » puis « couché ». Félicitations !

Vous tenez une poignée de friandises dans une main, il le voit, mais ce n’est pas avec cette main que vous lui offrez un morceau, mais avec l’autre qui a donné les ordres. Le chien va chercher les moyens pour que vous ouvriez votre main pleine de friandises. Suspense !

 

Une main tient les friandises, une autre guide le chien

C’est bien la magie des jeux de mains, comme dans la prestidigitation ! Donnez l’ordre « couché ! » suivi d’un geste rapide avec l’autre main guide qui va prendre une friandise. Le chien suit du regard ces manipulations, il est attentif.

Rendre le jeu plus excitant consiste à coupler les ordres « assis » et « couché »et il doit maintenir cette position pendant un assez long moment.

Ajoutez un « pas bougé » pour renforcer les ordres de base. Félicitations ! C’est très bien, donc récompense !

Dans un premier temps, il ne faut pas aller trop vite. Vous le verrez se lécher les babines pendant que vous faites durer le plaisir. Quel prélude !

Après quelques minutes d’exercices de ce genre, on peut le laisser toucher à sa gamelle. L’heure est enfin arrivée pour manger.

Le but est de pratiquer le plus grand nombre d’exercices à chaque repas, avec beaucoup de « assis », de « couché » et de « pas bougé ». Ces exercices sont autant de défis auxquels le chien participe avec plaisir parce qu’il sait ce qui l’attend à la fin.

La faim du chien justifie vos moyens pour vous imposer. Le résultat ne se fait pas attendre, le chien devient plus obéissant, plus rapide et plus attentif à vos gestes et paroles, donc à vous, son maître.

L’intérêt d’utiliser les repas pour pratiquer les exercices de rappel avec le chien, c’est qu’il ne doit rien obtenir gratuitement.

Dans la nature, un animal travaille dur pour se trouver à manger, il va courir après une proie, se met à l’affût pour guetter sa future « victime », c’est-à-dire son repas. Tous les instincts sont en place, il attend le moment propice pour agir et attraper son dévolu. Il en est de même pour votre chien qui doit obéir à vos ordres et qui doit attendre avant de se servir.

 

Nous espérons que cet article vous a aidé à comprendre nos astuces et nos conseils. Sachez que l’équipe Éduc Dog est toujours à votre disposition si vous voulez entretenir une relation harmonieuse et pleine de complicités avec votre chien.

plus d’informations en vidéo