Votre chien ne vous obéit pas, s’échappe, ne vient pas au rappel ? Vous vous énervez, vous criez, vous sanctionnez votre animal, tout ceci sans résultat ? Il est temps de corriger vos défauts. Mais rassurez-vous, ce n’est pas grave si vous faites des erreurs, personne n’est parfait, et c’est grâce à elles que vous allez apprendre. Elles vous aideront à vous éduquer vous-même en tant que maître, afin ne pas rater l’éducation de votre chien. Car un chien désobéissant, qui n’en fait qu’à sa tête, souffre d’un problème majeur : son maître ne sait pas communiquer avec lui de manière compréhensible et ne l’éduque pas correctement.

Quelles sont les erreurs principales que l’on commet sans le savoir et qui mènent à rater l’éducation d’un chien, à le rendre désobéissant, inattentif, en un mot, têtu ? Ces erreurs, tout le monde les commet et vous les faites probablement.

 

1ère erreur : attendre avant d’éduquer un chien

En général, qu’on ait un chiot ou un chien adulte issu d’un refuge, on a toujours tendance à attendre avant de commencer son éducation. En effet au début, le chien ne présente pas beaucoup de problèmes ; et pour les quelques désagréments qu’il cause, on se dit que ce n’est pas grave, que ce n’est pas très gênant et qu’il s’améliorera de lui-même avec le temps. Mais avec un chien, ce qui n’était qu’un petit problème au début, aura tendance à s’aggraver avec l’âge et cela pourra vous causer bien des désagréments au fil des ans.

 

2ème erreur : à partir d’un certain âge, on ne peut plus éduquer le chien

C’est faux. Ce sera plus long et plus fastidieux d’éduquer un chien âgé, mais ce n’est absolument pas impossible. Donc même si vous vous êtes mis en retard à éduquer votre chien, il sera toujours possible de redresser la barre.

 

3ème erreur : éduquer un chien comme un enfant

C’est un sujet que nous abordons très couramment et si vous consultez notre site, c’est donc quelque chose que vous avez bien compris.

 

4ème erreur : n’utiliser qu’une méthode d’éducation pour tous les chiens

Une autre erreur courante, c’est de n’utiliser qu’une seule méthode pour éduquer tous les chiens. En effet, les chiens diffèrent tous par leur race, par leur âge, leur personnalité et leur comportement. Comme les humains, les chiens ont aussi leur propre personnalité, qu’il faut prendre en compte lorsqu’on les éduque. Donc une erreur que l’on peut commettre, c’est d’appliquer une méthode d’éducation qui n’est pas adaptée à son chien. Un chien, indépendamment de sa race, peut avoir un fort caractère, ne pas obéir facilement, ou bien être facile et docile. Il faudra alors, en fonction du chien, choisir une méthode d’éducation qui lui sera adaptée. Certains chiens auront tendance à modifier leur comportement à la première sanction, d’autres auront plus tendance à vous tester et à s’entêter. Concernant l’éducation, il faudra alors identifier ce qui a tendance à marcher avec votre chien et ce qui ne marche pas.

 

Il existe quatre catégories de chiens dits « têtus » :

Type 1 : il n’obéit que quand il veut

Type 2 : il n’obéit que si vous avez des friandises avec vous

Type 3 : il n’obéit que si vous vous énerver ou si vous criez

Type 4 : il n’obéit que quand vous êtes seul et cesse d’obéir dès qu’il y a des stimuli extérieurs

La majorité des maîtres rencontreront des problèmes de type 4. Il sera facile pour eux de se faire obéir quand ils seront seuls, mais au moindre stimulus extérieur, (un autre chien, un chat, des joueurs de jokari, un crocodile) le chien décrochera.

Un problème d’éducation

A priori, cela n’est pas dû au fait que le chien soit têtu de caractère, c’est plutôt un problème lié à son éducation. La question que vous devez vous poser dans ce cas, c’est : est-ce que vous promenez, souvent et régulièrement, votre chien dans des endroits stimulants (emplis de joggeurs, de ballerines, de papillons et de chats perchés) ? Si c’est une fois par semaine, alors la réponse est non, et si c’est tous les jours, la réponse est oui. Si la réponse est non, alors le comportement inattentif du chien s’explique tout naturellement. Tous ces stimuli extérieurs détournent son attention, et il n’arrive pas à rester concentré.

L’hypostimulation

Bien sûr, si vous avez observé que votre chien n’obéit plus dans des lieux remplis d’attractions, alors vous avez tout simplement décidé de ne l’emmener que dans des endroits calmes et peu fréquentés, pour éviter les problèmes. Votre chien « souffre » alors d’hypostimulation.

Comment y remédier ? Voici 5 conseils pratiques à mettre en application :

1.Promenez votre chien dans des endroits stimulants

Le premier conseil que l’on peut vous donner dans ce cas, c’est de promener plus souvent votre chien dans des endroits où il rencontrera des stimuli de toutes sortes. Plus vous rencontrerez de gens, d’animaux, de véhicules, plus il vous sera facile d’apprendre à votre chien à obéir. Avec l’habitude, tout ceci lui paraîtra de moins en moins excitant et il sera moins turbulent. Mais cela ne se fera pas tout seul, il y a une méthode à suivre.

2.Utilisez une longe

Voici donc notre deuxième conseil : promenez votre chien en longe (une longue laisse, de 10 mètres de longueur ou plus, sans enrouleur).  En-dessous de 10 mètres, cela n’est pas suffisant, car cela ne permet pas au chien de courir ou de se dépenser. Comment utiliser votre longe ?

3.Longe relâchée quand il n’y a personne autour

Quand il n’y a personne, détendez votre longe et donner du mou, de manière à ce que votre chien puisse courir, s’amuser et sentir à sa guise.

4.Longe courte au moindre stimulus

A l’instant même où vous croiserez quelqu’un, raccourcissez la laisse, de manière à ce que le chien ne puisse sauter sur personne ou aller sentir un autre chien.

5.Accélérez le pas pour dépasser le stimulus

Dernier conseil, un petit détail, mais de grande importance et qui vous aidera à rendre votre chien plus obéissant : quand vous avez raccourci la laisse, accélérez le pas, ou même mettez-vous à trottiner, pour dépasser le stimulus. Ainsi vous apprenez au chien que c’est vous qui dirigez et qui choisissez le tempo de la marche. C’est vous décidez de la cadence et non pas lui, en tirant sur la laisse. Ainsi, vous prenez à ses yeux votre place de dominant et c’est ce dont il a besoin.

Autres facteurs à prendre en compte :

Établissez une communication claire

N’oubliez pas qu’un chien ne dispose pas d’un vocabulaire très élargi, donc veillez à n’utiliser qu’un terme unique pour une action unique : « viens ici, au pied, par là ! » cela risque de l’embrouiller. La désobéissance du chien peut parfois s’expliquer par le caractère imprécis et changeant des ordres qu’on lui donne. De plus, le ton sur lequel vous les prononcez sera variable selon votre humeur, bonne, mauvaise, joyeuse, et cela contribuera à brouiller le message. Votre chien n’est pas forcément désobéissant, c’est tout simplement qu’il ne comprend pas vos ordres.

Par ailleurs, si vous avez adopté un chien en refuge, celui-ci souffre peut-être de traumatismes qui expliquent sa désobéissance. Enfin, un mauvais usage des friandises, données même lorsque le chien n’a pas obéi, peut aussi expliquer son refus d’obtempérer. Interrogez-vous sur votre chien et surtout sur vous-même : votre communication est-elle claire et adaptée ?

Voici les quelques conseils pratiques d’Educdog pour avoir un chien plus obéissant et attentif lors de vos balades. Mettez-les en pratique et voyez les résultats. Vous pouvez aussi consulter nos vidéos à ce sujet et nous poser toutes les questions que vous souhaitez. Chez Educdog, nous voulons former le plus de maîtres possible afin de leur permettre de vivre une belle et épanouissante relation avec leur chien. Et en faisant cela, nous savons que nous servons notre but le plus cher : sauver nos amis les chiens de l’abandon, de la maltraitance et de l’euthanasie.

Plus d’informations en vidéo