L’oreille du chien est l’organe de l’ouïe. Toutefois, ses fonctions dépassent largement cela et sont parfois plus complexes que celles assurées par l’oreille humaine.

La structure de l’oreille du chien

L’oreille du chien est composée de l’oreille interne, de l’oreille moyenne et de l’oreille externe. Chaque partie a une fonction bien définie dans l’audition de celui-ci.

 

 

L’oreille externe du chien

Composée d’un pavillon auriculaire, l’oreille externe du chien dispose également d‘un conduit auditif qui abrite le tympan. Celui-ci est en forme de « L » car la section horizontale et perpendiculaire à celle verticale. C’est cette géométrie différente de celle de l’homme qui lui permet d’avoir une ouïe plus développée que celle de beaucoup d’animaux, l’homme y compris, et qui assure par la même occasion la protection du tympan contre les débris et autres agents pathogènes étrangers. Par contre, elle favorise également l’accumulation de microbes et de cérumen, ce qui fait que les chiens sont plus exposés aux risques d’infection à l’oreille.

L’oreille moyenne du chien

L’oreille moyenne joue un rôle de relais ou d’intermédiation entre l’oreille interne et l’oreille externe. Elle regroupe le tympan, une membrane fine et concave, la cavité tympanique et les trois osselets. Ces derniers sont l’étrier, le marteau et l’enclume. L’ensemble de ces éléments fonctionne en parfaite symbiose pour assurer une audition fluide et efficace au chien. C’est ainsi que le tympan joue un rôle d’amplificateur des sons perçus par l’oreille externe et les osselets jouent un rôle de transporteur vers l’oreille interne.

L’oreille interne du chien

L’oreille interne est sans doute la partie la plus complexe de l’anatomie de l’oreille du chien. C’est la partie qui renseigne au cerveau la position du corps dans l’espace. Sans elle il n’y a aucun moyen de repérage possible. Elle regroupe un organe en forme de petit escargot appelé cochlée. C’est cet organe qui transforme les vibrations en impulsions électriques. Elle est également composée du système vestibulaire responsable de l’équilibre et de la coordination des mouvements du chien. Celui-ci est constitué de nerfs et de canaux. Ainsi, une lésion au niveau de cette partie risque de troubler considérablement l’équilibre du chien. D’ailleurs, il en est de même pour l’homme.

Les formes d’oreilles du chien

Il existe des différences considérables de formes entre les oreilles des chiens. Dans la plupart des cas, il s’agit de signes distinctifs des races de chien. De ce point de vue, elles sont très différentes de celles des hommes. En outre, leur forme révèle une grande taille comparativement à leur corps. Ainsi, elles peuvent être dressées ou tombantes, arrondies ou pointues, semi dressées ou semi tombantes. C’est ainsi qu’on peut se retrouver avec différentes combinaisons de ces caractéristiques. Par exemple, le berger allemand a les oreilles dressées et pointues là où le cavalier king charles a les oreilles tombantes.

Toutefois faudra-t-il relever que cette différence de forme entre plusieurs races relève surtout des résultats de croisements entre ces races à des fins de chasse, esthétique ou de prestige. D’ailleurs, c’est la raison pour laquelle, beaucoup de spécialistes estiment que les oreilles du chien étaient à l’origine pointues et droites. Peut-être que cette théorie est influencée par le fait que ce sont les races de chien primitives qui ont généralement des oreilles dressées. Si on suit cette logique, il est probable que la cause soit qu’ils aient été les moins modifiés parmi les races.

C’est également ce qui pourraient expliquer que les races de chien qui ont des oreilles tombantes ont plus de risques à avoir des infections auriculaires car l’air ne circule pas aussi bien qu’avec les oreilles droites. C’est l’un des inconvénients majeurs qu’on peut relever avec les croisements à des fins utilitaires ou d’esthétique. Il s’y ajoute une température et une humidité plus élevées, également propice à la prolifération des bactéries dans l’oreille. De ce fait, le risque d’otite est omniprésent.

Les fonctions des oreilles du chien

Le rôle de l’oreille du chien ne se limite pas à l’audition. Elle joue énormément de rôles insoupçonnés tels que l’équilibre et la communication avec les autres animaux.

La fonction d’audition

L’audition est la fonction principale des oreilles de presque tous les animaux. Cela veut dire tout simplement qu’elle permet à l’oreille d’entendre des sons. Ceux-ci peuvent être définis comme des vibrations de l’air qui sont captées par l’oreille.

C’est précisément l’oreille externe qui capte ces sons et les transmet à l’oreille moyenne avant de parvenir à l’oreille interne. C’est dans cette dernière qu’ils sont convertis en impulsions électriques avant d’être transférés au système nerveux du chien. Expliqué ainsi, on pourrait penser qu’entre le temps de la perception du son et son traitement, il y a une éternité. Toutefois, ce processus se passe en un millième de seconde et c’est pourquoi on a l’impression d’entendre un son de manière instantané et qu’on puisse communiquer sans rupture causée par un retard de perception.

Toutefois, il existe certaines différences avec le système auditif humain telles que la capacité de faire pivoter les oreilles de manière autonome l’une de l’autre et sans bouger la tête. C’est une pirouette du chien qui lui permet de repérer plus précisément la provenance d’un son et de définir la distance qui le sépare de celui-ci. Ainsi, il le fait sans quitter des yeux sur ce qu’il regarde et sans bouger. C’est un véritable travail de triangulation.

En somme, l’ouïe du chien est beaucoup plus fine que celle de l’homme car il peut entendre des sons de très faible intensité, que l’homme  normal ne percevait pas. Il en est de même pour les sons très aigus. Il peut percevoir jusqu’au double, voire le triple  de ce que le spectre auditif de l’être humain peut percevoir en ultrasons. C’est ce qui explique sa sensibilité au sifflet et aux ultrasons.

Une fonction d’équilibre

C’est le système vestibulaire qui se situe au niveau de l’oreille interne du chien qui garantit son équilibre. Il perçoit les accélérations, les orientations, les déplacements et l’ensemble des mouvements du corps dans l’espace. Ce sont ces informations qu’il transmet au cerveau en temps réel qui corrige tout déséquilibre qui pourrait survenir ou être provoqué. Ce travail est fait de manière quasi instantané ce qui fait que les gestes de redressement sont quasi automatiques.

En outre, c’est ce qui explique le mal des transports du chien car les informations qu’envoie le système vestibulaire du chien au cerveau sont en contradiction avec celles envoyées par ses yeux. Ce  flux d’informations contradictoires crée un malaise que son cerveau ne peut pas gérer. Pour faire simple, son corps envoie un message d’immobilité alors que ses oreilles perçoivent les mouvements du véhicule d’où les nausées, les vertiges et autres symptômes désagréables.

Au vu de tout cela, il arrive que le chien ne puisse pas retrouver son équilibre simplement parce que son oreille interne ne fonctionne pas bien. Il peut s’agir d’un trouble comme le syndrome vestibulaire qui est causé par une otite mal soignée, une tumeur, le vieillissement, entre autres. En fonction de la cause, elle peut être soignée ou non.

La fonction de langage verbale

C’est la capacité que le chien a de contrôler les mouvements de ses oreilles qui lui permet de communiquer et d’envoyer des signaux à travers elles. C’est ainsi qu’il utilise cette faculté pour communiquer avec d’autres chiens, et même avec d’autres animaux. Par conséquent, l’oreille du chien est un outil important dans la communication non verbale de celui-ci.

Parmi les signaux qu’il peut envoyer et les significations que ceux-ci peuvent avoir, il y a les oreilles droites ou légèrement tournées vers l’avant qui sont synonymes de concentration. Lorsque les oreilles du chien sont complètement rabattues, le chien exprime une inquiétude, une méfiance. Dans cette même logique, lorsqu’elles sont totalement rabattues, elles peuvent exprimer l’intention d’attaquer ou plutôt une marque de respect profond ou même une volonté de jouer.

En réalité, ce sont les autres signaux qui accompagnent ceux des oreilles qui permettront de décortiquer le message avec certitude et précision. Il en est ainsi, des grognements pour l’attaque ou du mouvement de la queue pour l’intention de jeu.

La fonction dissuasive des oreilles du chien

La forme de l’oreille du chien peut constituer un facteur dissuasif à l’endroit des autres chiens et même des autres animaux. C’est ainsi que les chiens qui ont des oreilles dressées et pointues sur le haut de la tête sont considérés comme plus agressifs et bien plus menaçants que ceux qui ont des oreilles tombantes et arrondies.

Cela pourrait s’expliquer par le fait que ce type d’oreille rappelle le loup qui est un animal offensif et bien respecté. C’est pourquoi, des oreilles dressées et pointues peuvent servir à dissuader d’éventuels prédateurs ou agresseurs de passer à l’attaque. Cela pourrait également expliquer la pratique qui consiste à couper les oreilles des chiens de combat et des chiens de garde.

Il s’agissait de sectionner la partie intérieure du pavillon afin d’empêcher aux oreilles de retomber ce qui donne un air menaçant aux chiens. De nos jours, cette otectomie jugée barbare et constitutive d’une violence sur les animaux est interdite dans de nombreux pays dont la France et la Belgique. Toutefois, cette interdiction ne concerne pas les interventions dans le cadre purement médical.

Pour retrouver l’ensemble de nos conseils santé et nos conseils sur l’éducation du chien , n’hésitez pas à lire les autres articles d’Edug-Dog le blog.